Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l’accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.
Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l’accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.

Accueil > Français > Info > Témoignages > Se marier avec un étranger(ère):un vrai parcours du combattant (...)

Se marier avec un étranger(ère):un vrai parcours du combattant !

mardi 16 mai 2006, par Caroline

Toutes les versions de cet article : [عربي] [English] [français] [Nederlands]

Tiré du forum du site de l’Ambassade Universelle, un échange entre deux belges sur les difficultés que rencontrent les couples mixtes, séparés par la distance et les problèmes de visa, à vivre leur relation.

Il ne faut vraiment pas s’étonner d ’avoir tant de clandestins : tout est fait pour démoraliser celui ou celle qui veut aimer une personne d un autre pays !
Cela fait aussi rentrer beaucoup d’argent, car vu le nombre de refus imaginez l’argent perdu de part et d autres pour tous ces documents, visites médicales plus chères qu’en temps normal, obligation de prendre une assurances voyage. Tout cela est perdu en cas de refus et pour une nouvelle demande il faut débourser à nouveau.
Pourtant quand on lit sur les sites des ambassades cela à l’air très simple, mais la réalité est tout autre .On peut soi disant vivre en concubinage !C’ est un leurre car on vous demande un certificat de célibat et ici en belgique combien de couples non divorcés vivent en concubinage !
Tout dans ces systèmes de visa n’ est que poudre aux yeux ,car ici on vous demande telles ou telles conditions mais il en est tout autrement dans les ambassades des pays concernés car là ils demandent encore d’ autres documents (....)
On vous demande des photos des lettres mais à 6000 km l’un de l’ autre tout le monde ne peut pas se constituer un album photo .
Comment ne peut on avoir à notre époque des lois plus simples ,comment ne pas laisser s’aimer deux personnes de pays et de races différentes sans devoir tomber dans ces galères ; tout est fait pour que cela arrive le moins possibles et la chance d’avoir ce visa sera réservée aux plus tenaces ou alors aux bien argentés.
Ce sont nos délégués sur place qui se remplissent les poches.Les plus pauvres et moins tenaces doivent passer par la mer avec tout ce que cela comporte et ces barrières poussent ces gens à venir n’ importe comment (..)
Moi je suis amoureux d’une fille habitant au Cameroun, nous nous connaissons depuis un an et aucune solution n’est possible tant que je ne suis pas divorcé. On a essayé de tout, et chaque fois on se heurte à ces documents qui manquent. Mais je peux vous dire que comme nous faisons partie des tenaces et que nous y arriverons !C’ est lamentable de devoir souffrir comme ça pour s’aimer .
Voila le premier coup de gueule que je pousse depuis un an, mais il le fallait :c’est triste d ’entendre pleurer son amie au téléphone et de toujours essayer de garder l’espoir pour un fichu tampon à l’encre .

Vous avez parfaitement raison sur tous les points.Je suis dans la même situation que vous, aimant une Philippine, et étant en instance de divorce, la seule solution pour moi est de résider aux Philippines avec un visa touristique ( car hors mariage, pas de résidence permanente !).
Cela signifie abandon du travail, de la famille, des amis, tout cela pour un refus de visa touristique pour mon amie.Elle ne demande pas à venir s’établir en Europe, elle voudrait seulement visiter toute la communauté européenne, ce qui nous permettrait de choisir notre futur lieu de résidence en connaissance de cause !
Elle dispose d’un engagement de prise en charge émis par un membre de ma famille, dûment validé par l’administration communale, son compte en banque est garni (par mes soins), elle laisse au pays un fils de huit ans, il est clair que l’intention n’ est pas de venir en Belgique pour s’y établir et pour "prendre le pain de la bouche d’un belge"....Et d’ailleurs, s’ il en était même question, quel pain ? quel boulot pourrait-elle "voler" à un belge ? Un emploi précaire de femme d’ouvrage au noir ? Non merci, un belge n’ en voudrait pas, et moi je n’en veux pas pour la femme que j’aime !!! Non seulement les pays européens nous piquent le plus clair de nos revenus sous prétexte de redistribution et de solidarité sociale, mais ils perturbent de façon intolérable notre droit à une vie privée telle que nous décidons de la vouloir. Nous avons le droit de vivre avec qui nous voulons dans le pays dont nous sommes, à notre corps défendant, citoyens.

Messages

Un message, un commentaire ?

Site en travaux

Site en travaux

Attention : un problème technique (serveur SQL) empêche l’accès à cette partie du site. Merci de votre compréhension.